facebook-hoover twitter-hoover behanse-hoover ukbettips-hoover
English (UK)GermanDE-CH-ATFrenchfr-FRPortuguspt-PTItalianItalySvenskaSENorskbokmlNorwaySpanishESRussianRomanian
Pronostics, Comparatifs, Guides, Strategié, Actualité, Parions Sport Promotions

COUPE DU MONDE FIFA 2014: LA FRANCE

Pour assurer sa place au Brésil, l'équipe de France a su renverser la tendance pour s’imposer lors du match de barrage face à l'Ukraine.
DidierDeschamps
France coach Didier Deschamps

Une impressionnante performance  qui pourrait marquer un nouveau départ dans l'ère Deschamps. Ayant terminé deuxièmes de leur poule qualificative derrière les champions du monde espagnols, les Bleus ont donc été contraints de passer par la case barrage. Et le match aller de ces duels couperets leur a été largement défavorable. À Kiev, ils se sont inclinés 0-2 et se sont retrouvés devant une montagne à gravir pour espérer s'inviter au Mondial.

Mais, Didier Deschamps a su ressouder ses troupes et surtout effectuer les changements qu'il fallait. Il y en a eu cinq au total dans le onze de départ, dont celui qui concernait Laurent Koscielny, suspendu pour cette seconde manche en raison d'une gifle sur Oleksandr Kucher.

Le sélectionneur tricolore a fait des choix forts en décidant notamment d'écarter des joueurs tels que Eric Abidal et Samir Nasri. Pour le match au Stade de France, il a misé essentiellement sur la jeunesse, en faisant notamment confiance à la paire axiale Mamadou Sakho-Raphael Varane ainsi qu'à Paul Pogba dans le rôle de milieu défensif.

Le résultat de cette petite révolution a été époustouflant. Portée par son public, l'équipe française a survolé les débats pour l'emporter au final 3-0. Une démonstration de force qui convoque quelques vieux souvenirs de 1998, surtout que l'adversaire était en tunique jaune.

En effet, les Tricolores ont réédité la même performance que face au Brésil quinze ans plus tôt avec Mamadou Sakho dans le rôle de l'improbable héros. L'enfant de Paris a connu une soirée glorieuse en mettant un doublé, tandis que l'autre but fut l'œuvre de Karim Benzema. Des réalisations qui ont donné vie à cet exploit et qui ont plongé tout un pays dans l'extase.

Maintenant que son équipe est qualifiée pour le tournoi planétaire, Didier Deschamps se retrouve face à un dilemme : doit-il continuer le processus de rajeunissement et s'entourer des meilleures pépites que compte le pays ? Ou alors, doit-il offrir une dernière chance à ce groupe d'anciens qui ont déçu à l'occasion du dernier Euro et qui se sont ridiculisés durant le précédent Mondial ?

La tendance serait plutôt à la première option. De plus, outre les jeunes qu'il a déjà à sa disposition, DD pourrait faire appel à quelques novices. Antoine Griezmann, l'attaquant de la Real Sociedad, est pressenti pour découvrir la sélection A. Il en est de même pour le Montpelliérain Mbaye Niang. Les deux joueurs ont comme point commun d'être en quête de rédemption après avoir purgé une longue suspension avec les Espoirs. C'est aussi le cas de Yann M'Vila, le sociétaire du Rubin Kazan.

Des membres de la sélection française des -19 ans championne du monde l'été dernier pourraient aussi intégrer le groupe. Néanmoins, Deschamps a aussi de bonnes raisons de ne pas tout chambouler. Avec Franck Ribéry, il détient enfin l'élément de classe mondiale et qui est en mesure de tirer l'équipe vers le haut. Nasri, en dépit de sa prestation décevante à Kiev, revient également en force en ce moment avec son club de Manchester City après deux premières saisons mitigées. Enfin, il y a aussi le duo d'attaque Karim Benzema-Olivier Giroud. Plutôt discret pendant les qualifications, ils sont en quête de rachat et ont une grosse faim de reconnaissance.

En faisant le bilan de la campagne éliminatoire des Bleus, on constate qu'il a été globalement satisfaisant vu que la mission première, qui était la qualification, a été réussie. Dans un groupe de cinq équipes seulement et avec la redoutable Espagne comme principal concurrent, les Français pouvaient difficilement faire mieux. Le barrage était inévitable. Quoiqu'en arrachant le nul à Madrid, et mettant alors fin à une série de 25 succès consécutifs des Ibériques en éliminatoires, Ribéry et ses partenaires se sont offert quelques motifs d'espoir par rapport à la première place.

La Roja ayant aussi été accrochée par la Finlande lors de la rencontre suivante, les Bleus ont longtemps cru pouvoir bousculer la hiérarchie. Ce n'est qu'après le match retour face à la bande à Del Bosque, perdu sur la plus courte des marges suite à un but de Pedro (0-1), qu'ils ont abandonné leurs dernières illusions en vue d'une qualification directe.

La fin de parcours de l'Équipe de France en phase de groupes a été presque un sans faute. Elle a, certes, été accrochée par la Géorgie, mais elle a bien réagi par la suite en dominant successivement la Biélorussie et la Finlande.

La question qui se pose maintenant est de savoir si cette équipe tricolore va pouvoir poursuivre sur sa lancée à l'occasion de la phase finale du Mondial. Réponse en juin prochain.