facebook-hoover twitter-hoover behanse-hoover ukbettips-hoover
English (UK)GermanDE-CH-ATFrenchfr-FRPortuguspt-PTItalianItalySvenskaSENorskbokmlNorwaySpanishESRussianRomanian
Pronostics, Comparatifs, Guides, Strategié, Actualité, Parions Sport Promotions

COUPE DU MONDE FIFA 2014: L'ANGLETERRE

L'Angleterre a été invaincue lors de sa campagne de qualification, mais son parcours ne fut pas un long fleuve tranquille.
Stevengerrard
England captain Steven Gerrard

Il a fallu que Steven Gerrard marque le but du 2-0 à 2 minutes de la fin face à une défense polonaise pusillanime le tout dans un Wembley à la clameur rauque lors de l'ultime match du Groupe H pour que l'Angleterre scelle enfin sa qualification au Mondial 2014.

La campagne anglaise en éliminatoires a été consistante, mais pas au point de pleinement satisfaire le sélectionneur Roy Hodgson.

Lors de ses 4 premiers duels aller-retour, l'Angleterre a aisément battu les petits Poucets que sont la Moldavie et le Saint-Marin avant de produire des nuls contre des adversaires plus accomplis comme la Pologne, le Monténégro ou l'Ukraine, le rival plus acharné des Anglais pour la qualification directe.

La victoire la plus énergique fut ce 8-0 infligé au Saint-Marin à Serravalle, le plus large succès des Anglais depuis 1987. La frappe lointaine d'Ashley Young qui s'est écrasée sur la barre avant de pénétrer dans le but fut la plus belle réalisation de la soirée, tandis que Daniel Sturridge en a profité pour inscrire le premier but international de sa jeune carrière.

L'Angleterre a signé un nouveau nul contre l'Ukraine avec un terne 0.-0 à Kiev en septembre et ce résultat a mis la sélection anglaise dans une situation intéressante. Les hommes d'Hodgson étaient en effet à deux victoires du Mondial et recevaient le Monténégro puis la Pologne dans la foulée.

Critiqué pour son approche trop défensive du jeu, Hodgson a mis en place une équipe plus joueuse contre le Monténégro et fut récompensé de son audace par la très bonne performance d'Andros Townsend, qui étrennait là sa première sélection.

L'ailier de Tottenham a tourmenté la défense adverse et quand Dejan Damjanovic a réduit la marque après l'ouverture du score de Wayne Rooney et le but contre son camp de Branko Boskovic, Townsend en a profité pour marquer d'une frappe sublime, laissant le soin à Sturridge d'inscrire le but du 4-1 depuis le point de pénalty.

Rooney a également ouvert le score 4 jours plus tard contre la Pologne avant que l'Angleterre ne tremble devant les coups de boutoir d'un Robert Lewandowski inhabituellement approximatif. Gerrard inscrivit finalement le but du 2-0 pour octroyer à l'Angleterre un succès durement acquis.

Toute cette agitation tend à nous faire oublier que cette qualification relève d'un phénomène normal pour les Trois Lions.

Cet été, il s'agira de la 14e phase finale de Coupe du monde pour l'Angleterre, qui à part l'itération 1994 aux États-Unis, n'a raté aucun des 8 derniers rendez-vous mondiaux.

La qualification pour l'édition 2010 fut très vigoureuse. Sous l'égide de Fabio Capello, les Anglais ont signé 9 succès en 10 matchs. Mais les performances de Trois Lions en Afrique du Sud n'ont pas reflété cette forme,  l'Angleterre ayant eu besoin d'un succès étriqué sur le score de 1-0 contre la Slovénie pour progresser en 8es de finale afin d'y recevoir une correction 4-1 aux mains de l'Allemagne.

Un Rooney hors de forme avait personnifié les problèmes de l'Angleterre à l'époque, mais les prestations de l'attaquant de Manchester United en qualifications pour le Mondial 2014 rappellent qu'il s'agit de l'un des meilleurs joueurs du monde.

Ses 7 buts en six matchs ont fait de lui le meilleur buteur de son pays loin devant son coéquipier en club Danny Welbeck et le vétéran Frank Lampard qui culminent à 4 réalisations chacun. L'émergence de Sturridge en Premier League nous promet un duo offensif de tous les fantasmes.

Lampard et Gerrard restent les piliers du milieu de terrain anglais, mais l'émergence du jeune duo des Gunners Jack Wilshere et Alex Oxlade-Chamberlain, du joueur de Manchester United's Tom Cleverley et du Toffee Ross Barkley démontre bien les difficultés rencontrées par Hodgson au niveau du choix, lui qui a utilisé pas moins de 32 joueurs en qualifications.