facebook-hoover twitter-hoover behanse-hoover ukbettips-hoover
English (UK)GermanDE-CH-ATFrenchfr-FRPortuguspt-PTItalianItalySvenskaSENorskbokmlNorwaySpanishESRussianRomanian
Pronostics, Comparatifs, Guides, Strategié, Actualité, Parions Sport Promotions

COUPE DU MONDE FIFA 2014: LA CROATIE

Les derniers mois de préparation à une Coupe du monde peuvent causer l'insomnie chez plus d'un sélectionneur.
Nikokovac
Croatia head coach Niko Kovac

Mais pour le coach croate Niko Kovac, cela ressemblera à une lune de miel en comparaison à son intronisation lors d'une crise houleuse qui a secoué l'équipe nationale en octobre dernier.

La Croatie a décroché une place en barrages en finissant derrière la Belgique dans le Groupe A, mais cela n'a pas sauvé Igor Stimac, limogé lors du dernier match des qualifications, un revers 2-0 en Écosse et accessoirement la troisième défaite en 4 sorties officielles des Croates.

Lors de cette série infamante, seul le but de Mario Mandzukic face à la Serbie (1-1) dans un match à l'ambiance électrique avec une expulsion de chaque côté du terrain a sauvegardé les ambitions mondialistes croates.

Le tirage des barrages a fait une faveur à Kovac et à ses joueurs, les faisant hériter de l'Islande. Même si cette situation était finalement assez peu habituelle pour cette jeune nation.

La Croatie a fait son entrée sur la scène internationale au milieu des années 1990 avec des joueurs comme Davor Suker et Zvonimir Boban. Les Croates ont notamment signé un parcours qui leur a valu des éloges lors de la Coupe du monde française de 1998. Ils étaient en effet parvenus jusqu'en demi-finales s'offrant le luxe de battre l'Allemagne 3-0 au passage, avant de s'incliner face à la France, futur vainqueur.

La Croatie n'est pas parvenue à sortir de la phase de qualification en 2002 et 2006 avant de se rater en 2010 avec une génération de joueurs qui s'étaient pourtant qualifiés à l'Euro 2008 aux dépens de l'Angleterre avant de remporter trois matchs lors du tournoi.

Kovac était justement le capitaine de cette équipe où évoluait son frère Robert, qui est aujourd'hui son assistant. Le défi islandais renvoyait donc les Croates à leurs plus belles heures de gloire.

Le match aller fut tendu et les Croates n'ont pas pu capitaliser sur l'expulsion d'Olafur Skulason dans une rencontre qui s'est achevée sur le score de 0-0. Mais les hommes de Kovac ont su se montrer présents au retour, à Zagreb.

Mandzukic était bien au second poteau pour reprendre victorieusement un centre d'Ivica Olic. Mais le joueur du Bayern Munich allait échanger le statut de héros contre celui de zéro après une faute sur Johann Gudmundsson qui lui valut une expulsion juste avant la pause.

Mais cette expulsion n'avait plus d'importance quand Darijo Srna, déjà présent en 2008, marqua le deuxième et dernier but de la rencontre peu après le retour des vestiaires.

La tâche de Kovac est désormais de retrouver cette équipe de Croatie qui avait rivalisé avec la Belgique lors des 5 premiers matchs du groupe et qui fut la seule formation à prendre un point aux hommes de Marc Wilmots quand le but d'Ivan Perisic avait permis aux Croates de ramener un nul 1-1 de Bruxelles.

Kovac avait néanmoins qualifié les bons résultats croates de cette période de « cache-misères » à son arrivée à la tête de la sélection.

Avec Luka Modric et Mandzukic (qui sera néanmoins suspendu au début du Mondial 2014), la Croatie possède des joueurs qui opèrent au plus haut niveau européen et qui peuvent, à tout moment, changer la donne.

La Croatie semble néanmoins manquer de combativité, mais Kovac, cet ancien milieu défensif de grande qualité, semble bien placé pour régler ce problème.